Schmidt Spiele histoire

Tout a commencé par une fâcherie…

En Allemagne, chacun connaît sans doute cet homme au regard grincheux. De la Baltique au lac de Constance, il n’existe probablement aucune famille qui n’ait jamais connu une grosse fâcherie à cause de lui. Et aussi du plaisir sans fin… Même le fait d’être depuis devenu une icône de l’univers des jeux sur environ 90 millions de boîtes rouge vif, ou encore d’avoir obtenu une place d’honneur à la Maison de l’Histoire de la République fédérale d’Allemagne de Bonn, n’a pas pu dérider l’homme en complet noir. Peu importe… En presque 100 ans, le rabat-joie n’est malgré tout pas parvenu à nous gâcher le plaisir, ni à nous, ni à nos parents, nos grands-parents ou nos arrière-grands-parents. Au contraire.

 

T’en fais pas,

Inventé au début du siècle dernier dans un petit garage à Giesing, quartier ouvrier de Munich, par Josef Friedrich Schmidt, originaire d’Amberg, est devenu le plus grand. Quasiment la mère de tous les jeux, un véritable classique, « devenu le jeu le plus populaire de la nation » selon le journal allemand « Der Spiegel ».

Ce best-seller intemporel, avec lequel rien ne fait plus plaisir que de se fâcher, soi-même ou les autres, est aujourd’hui encore le puissant moteur qui donne toujours beaucoup, beaucoup d’élan à l’une des marques les plus anciennes et aussi les plus connues du marché des jeux allemand. Et aussi parfois le courage d’entreprendre des choses auxquelles les autres préfèrent ne pas toucher : Schmidt Spiele.